Ouzbékistan : Des activités sportives pour tout un chacun

17 Juin 2016

L'Ouzbékistan est un véritable petit paradis pour les sportifs de tous les horizons. Ce pays séduit plus particulièrement les randonneurs. Et pour cause, son paysage est diversifié et d'une beauté exceptionnelle. Son territoire est essentiellement composé de steppes, de déserts et de sommets culminant à plus de 7 000 m. S'aventurer sur les terres ouzbeks revient aussi à découvrir des mausolées oubliées dans les montagnes, des fossiles de dinosaures ou encore des peintures rupestres d'une valeur historique inestimable. Parmi les circuits de randonnée les plus connus en Ouzbékistan, il y a entre autres le parcours entre Chakhrisabz et Samarkand. Ce trajet se déroule dans les montagnes et permet aux trekkeurs de rejoindre Samarkand depuis Pendjikent (Tadjikistan).

Activités sportives en Ouzbékistan

Faire du rafting sur la rivière Chatkal

Le rafting est également une activité prisée en Ouzbékistan. Le territoire dispose de plusieurs spots propices à cette discipline. Il y a par exemple la rivière Chatkal, dont les eaux se jettent dans le réservoir d'eau Charvak. Elle a une longueur avoisinant les 233 km. Seulement 183 km de son cours se prête au rafting. Le parcours à Chatkal est d'une diversité étonnante. Il est entre autres composé de cascades, de zones de pierres et de gravats, de gorges rocheuses, de couloirs étroits, de puissants rapides, de zones peu profondes, de courants chauds, et d'autres obstacles naturels. Tout au long de cette descente, les aventuriers découvriront des grottes, d'impressionnantes formations géologiques, des forêts riveraines ainsi que des prairies de montagnes.

 

Apprendre le kourach

Un voyage Ouzbékistan est une occasion unique de s'initier au kourach. Il s'agit d'une lutte traditionnelle vieille de plus de 2 500 ans. Dans cette discipline, les combats au sol et les attaques des bras sur les jambes sont interdits. Dans les anciennes sources littéraires de l'Orient, ce sport est décrit comme un combat singulier et une distraction. Il aurait vu le jour sur le territoire de l'Ouzbékistan moderne, il y a environ trois millénaires. D'après certains chercheurs, le kourach serait le plus vieux genre de lutte. Combinant à la fois défense et attaque, il en existe deux variantes. Premièrement, il y a la méthode de Fergana où les pratiquants s'attrapent par la ceinture. Deuxièmement, celle de Boukhara, dont les règles sont un peu similaires à celles de la lutte gréco-romaine. Parmi les lutteurs locaux célèbres, il y a notamment Pahlavan Makhmoud qui a vécu au XIIe siècle.

 

Prendre part au bouzkachi

Le bouzkachi est aussi un sport à découvrir en Ouzbékistan. Il rappelle le polo, mais les règles sont vraiment différentes. C'est en quelque sorte une des plus anciennes traditions du territoire. Cette discipline se joue avec le corps d'une chèvre décapitée qui sert de ballon. Les cavaliers ou « chavandozlar » sont sélectionnés par les villageois en prenant en compte leur courage et leur force. L'objectif du bouzkachi est d'attraper la chèvre des mains du gagnant. Les cavaliers s'alignent sur une ligne de départ attendant que l'arbitre jette la carcasse dans l'arène. Lorsque le jeu commence, c'est le chaos total. La mêlée est assez violente et sauvage, un spectacle impressionnant à ne pas manquer en Ouzbékistan pendant le Nouvel an (le Navrouz) en mars.